BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

" HOSTS "
invaders must die

avatar : baek su min
messages : 163
date d'inscription : 14/05/2013

points rp : 82
localisation : new york city
rôle/occupation : putain de rue aux moeurs légères
humeur : inflammable


WHO I AM ?
▲ statut : je brûle
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyMar 14 Mai 2013 - 16:46

BEATRIX MELINDA RASKIN
❝ feat BAEK SU MIN❞

#SUBJECT IDENTITY
HOST
(prostituée)

NOM : Raskin
Prénom(s) : Beatrix Melinda
Né le : 13.03.1991
Sexe :
Taille : 1m54
Cheveux : bruns foncés/noirs
Yeux : marrons

Arrivée sur terre en 2012 elle n’était pas encore sur terre lors de l'attaque massive actuellement parmi les siens, elle tient le rôle de prostituée (c'est pas un rôle, tu dis?) Assez débrouillarde, elle s'en sort plutôt bien dans ce chaos complet elle peut s'estimer heureuse d'être douée pour manipuler les gens, user de ses charmes et marchander malheureusement elle est également dégoûtée de la race humaine, junkie, dépourvue de compassion et individualiste ce qui n'est pas toujours simple à vivre au quotidien pour finir, elle est plutôt professionnelle, indépendante, débrouillarde, rusée et joueuse de nature mais aussi cynique, sardonique, misanthrope, hypocrite, tranchante et possessive, personne n'est parfait que voulez-vous !


MY STORY
all the things that make me who i am
Le murmure assourdissant et permanent qui te fait croire qu’y a pas de rédemption, Pas de pardon. Pas de rachat. Pas de rémission. Et tu l’acceptes. Tu le laisses rentrer.

Le coeur qui bât toujours. Boum. Boum. Dans ma poitrine. L’écho de ce dernier dans ma tête, mon pouls sur ma tempe. La cigarette qui brûle entre mes doigts fins, la cigarette qui meurt petit à petit, comme moi. Elle se consume, elle terminera sa vie lorsque j’inspirerais ce poison, cette souillure, pour que moi, ma vie se termine comme elle : en un souffle. Je ne fumais pas avant. J’étais sage. Sage comme une image, sage comme une foutue image terne. Maintenant, je suis une œuvre d’art, je vais au plus offrant, on m’exhibe, on m’accroche dans la chambre à couchée. La chambre d’un hôtel, bon marché ou pas. Une chambre où on reste pour une nuit, qu’on quitte ensuite, une fois l'échange terminé. L'échange du corps contre l'argent. Chaque soir, ou presque. Une routine monotone, une vie de merde. Une vie que j’ai choisi, il y a des années, inconsciemment, Je lui en veux pas, c’est pas sa faute. C’est la mienne. C’est mon choix, qui en a entrainé un autre, puis un autre. Évènements qui déboulent un à la suite de l’autre, comme une avalanche. Une avalanche qui m’attire avec elle. La victime sous la neige, c’est moi. Qui manque d’oxygène, seconde après seconde. Tic, tac, tic, tac. Le temps qui passe, qui me ronge, qui me gruge, La neige, poudrerie, cocaïne de mes nuits, de mes journées. Je ferme les yeux, inspire, réalise que l’air emplie toujours mes poumons. Je suis encore en vie. Expire le poison, l’air souillé par cette cigarette. Je la regarde se consumer, je l’écrase dans le cendrier, met fin à sa vie. Et si je n’étais qu’une cigarette ? Et si on me fumait jusqu’à ce que je m’épuise et qu’on m’écrase par la suite ?Et si ? Dehors, il pleut, Les goûtes qui se heurtent contre la fenêtre, la ville qui dort et qui est pourtant si vivante. Je l’observe de haut, je la juge. On me juge aussi ; l’homme pleure doucement, dans la pièce d’à côté, dans la salle de bain. Il s’en veut, il se trouve horrible d’avoir succombé à la tentation, à ce péché capital. Il est condamné, condamné à errer dans le déni, dans la peur. C’est sa faute, mais il m’accuse. Il ne me parle pas, il ne fait que se répéter sans cesse qu’il n’aurait pas dû faire ça, que « Mary » ne lui pardonnera jamais. Mais, il l’a fait. Il l’a choisi. On choisi toujours ce qu’on fait, on est toujours responsable de nos actes. Sur la table de nuit, il y a de l’argent. Cent dollars, cinq beaux billets verts qui y trônent. Ils sont pour moi. Il ne les reprend pas, il est occupé à pleurer sa vie, son sort. De toute façon, ce qui est fait, est fait. Il est trop tard, ils m'appartiennent. Je me lève, ramasse ma robe, mes bas-collants, m’habille. Ma main agrippe mon sac à main, mes talons hauts, l’argent. Je sors sans un bruit, comme une ombre, le laissant se morfondre dans ses pensées vengeresses. Je serais probablement comme lui, en rentrant, lorsque j’aurais enfoncé l’aiguille dans mon bras. Héroïne, douce héroïne. Comme tu es douce, comme tu es pure, quand tu coules dans mon sang. Il est 1h30 du matin, dans quelques heures, je serais à l’hôpital : overdose, coma. On est toujours responsable de notre futur, on doit faire les bons choix. Si il ne m’avait pas jeté, s’il ne m’avait pas brisé le cœur comme il l’avait fait, cet homme tatoué de la tête aux pieds, je n’aurais pas terminé ainsi. Moi aussi, à ma façon, je suis comme cet homme qui m’a payé, cette nuit ; je jette la faute sur quelqu’un d’autre. Je vis dans le déni, comme lui, comme l’Homme. C’est ce qui me rend humaine. La lâcheté, la souffrance, la mort cérébrale. RIP.


Tu te demandes si t’es une bête féroce ou bien un saint. Mais tu es l’un, et l’autre. Et tellement de choses encore. Tu es infiniment nombreux.

Ma main se serre sur l’objet que je viens de dénicher, un objet rare, un objet que les Hommes recherchent. Un briquet. Du feu. Pour s’allumer une cigarette de plus, pour écourter une vie dont ils ne veulent plus. Pantins, ridicules êtres de chair, êtres infiniment petits. J’essaie de les éviter, je les déteste, tous. Ils ruinent leur vie, ils battissent des empires qui s’écroulent, des mondes qui n’existent pas, des utopies qui font vomir, qui donnent envie de crever. Je joue avec la roulette de métal froid ; le feu jaillit, meurt. Il se consume, comme la passion, comme l’amour. Il ne reste que la haine, que le dégoût, que le désir grandissant de tous les envoyer à l’opération, l’implantation. Il viendra, le temps où ils ne seront plus. Il viendra. Mais, pour l’instant, il n’est pas là. Nous errons ici, dans un corps inconnu, un corps meurtrit par les années, par le temps qui passe, qui s’écoule. Et Beatrix, qui était si pure, pleine d’illusions, d’attentes. À cause de ce monde merdique, de cette humanité inhumaine. J’ai la rage au ventre, la haine au cœur, la révolte dans la tête. Révoltée, contre quoi ? Contre mon peuple, contre ma civilisation meilleure que l’Homme ? Non. Contre moi-même, contre Bea. Celle qui s’est laissée aller, celle qui s’est perdue. Je ne suis pas mieux, je suis aveugle, je suis guidée par la colère, la putain, l’envie. L’implantation dans un corps comme celui de Beatrix, c’est comme poser un pied dans un champ de mines ; tu sais jamais quand tu vas mourir, mais tu sais que ça t’arriveras. J’ai la dépendance qui me colle à la peau, l’envie de retrouver les substances illicites qui souillaient cette petite personne, ce petit bout de femme. Drogue dure, drogue douce, juste retrouver ce sentiment de légèreté. La vie qui ne tient qu’à un fil, la mort qui me pend au nez. L’adrénaline qui envahit mon corps, qui me pousse vers la décadence. Pourquoi Beatrix, pourquoi ? Tu sais que j’étais pas assez forte pour te tenir tête ! Si t’avais su, si t’avais su que tu tomberais dans le coma, qu’on te retrouverait qu’après l’Invasion, qu’on m’implanterait dans ta tête, en toi. Bordel, t’as tout fait foiré. Et moi j’suis là, faible, putain, si faible que j’me laisse berner par ton esprit qui est plus là. Un fantôme que je crains, qui dicte mes lois, qui dicte mes comportements, sans que je le veuille. On a toujours le choix, tu disais, hein ? Non, on choisi pas toujours. Y’a des jours où les autres choisissent à notre place, y’a des jours où le désir te mène en bateau. Je t’en veux, Bea. Je t’en veux, mais je fais rien. Ça me rend aveugle, ce besoin d’être stone, de plus voir les gens qui m’entourent, de voler en haut des arbres, des maisons, des immeubles, des villes. D’être plus haut que les gens et, pourtant, d’être encore pire qu’eux.

Je regarde la pile de feuilles devant moi, qui trône sur ce bureau, comme les billets que je ramassais avant, ces billets qui ne valent plus rien, comme moi. J’ai envie d’y mettre le feu, de les voir partir en fumée. Et c’est ce que je fais. J’ai le regard dans le vague, la flamme qui s’approche de la première feuille, qui y met feu, qui brûle les autres. Tout brûle, même moi, de l'intérieur. Quelques secondes passent, où peut-être quelques minutes, je ne sais pas. Quelqu’un entre en trombe dans la pièce, on éteint cette lumière orangée, cette lumière chaude. On l’éteint avec de l’eau froide, qui m’éclabousse au passage, qui mouille mes vêtements, mes vêtements de salope. On me foudroie du regard : « Mais qu’es’tu fou, Bea ? Hein ? Tu fais quoi, là ? » J’hausse mes épaules, des épaules qui sont lourdes. Je me lève lentement, pousse la chaise de bois, le dossier grinçant dans ma main. Je sens encore son regard accusateur sur moi, il ne m’aime pas. Je suis une plaie. Je range le briquet dans la poche de mon cardigan en laine noire, à côté de mes quelques cigarettes. Ma main se pose sur la poignée de la porte, l’ouvre, comme ma bouche, qui s’ouvre pour prononcer ces quelques mots : « J’fais c’que j’veux. » Je suis sortie, je le laisse seul dans cette pièce où ça sent le brûlé, où ça sent la mort. Le morveux qui était avec moi, c’est celui qui m’a accueillit quand j’ai repris conscience, après l’implantation. Un con, un chiant, un gars qui parle pour ne rien dire. Il m’énerve, je l’énerve. Il a pas bien fait son boulot, mais, de toute façon, j’ai rien voulu savoir. On voulait que j’sois un parfait petit soldat, je suis encore la pute de service. Celle qui vit, celle qui offre son corps à ceux qui ont quelque chose à offrir en retour. Du feu, des cigarettes, un repas, quelques vêtements, un endroit où dormir, une protection quelconque. Je ne pense qu’à moi, je suis individualiste comme l’Homme, cet être que je déteste. Je me cracherais dessus, je me pendrais avec la première corde qui me passerait sous le nez. Mais on m’implanterait à nouveau et je devrais m’habituer encore. Une autre année de calvaire, d’Enfer. Non merci, je passe. Je suis lâche, je pense, je parle, je suis révoltée, pourtant, je ne passe pas à l’action. Un cercle vicieux qui ne se termine jamais, qui reprend sans cesse. À qui la faute ?



BEHIND THE CHARACTER
the real "me"
c'est la faute de June :ga:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


i am constantly torn between killing myself and killing everyone around me.


Dernière édition par Beatrix M. Raskin le Dim 9 Juin 2013 - 20:02, édité 49 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" HOSTS "
invaders must die

avatar : Rick Genest
messages : 121
date d'inscription : 12/05/2013

points rp : 0
localisation : New York
rôle/occupation : Éclaireur
humeur : Se questionne sur l'utilité de cette case


WHO I AM ?
▲ statut : compliqué
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyMar 14 Mai 2013 - 17:23

WIFE ! Moi et ma serviette de bain on te gnugnut fort parce que t'es encore trop sexy :diego: :lit: :heart:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

The stars and the planets. Are calling me -
My Tears Are Becoming a Sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité

Invité



BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyMar 14 Mai 2013 - 17:32

Tu commences pas à en avoir marre ? :ga:
Revenir en haut Aller en bas

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : James Franco
messages : 470
date d'inscription : 21/12/2012

points rp : 26
rôle/occupation : Soldat- éclaireur
humeur : Désastreuse


WHO I AM ?
▲ statut : veuf
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyMar 14 Mai 2013 - 17:33

houuuu Prostitué?.... :pervers:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

I'm trying to hope
with nothing to hold
When I close my eyes I see you, again and again... please Leave me alone! I want to lived a new live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Charlotte Free.
messages : 55
date d'inscription : 09/04/2013

points rp : 0
localisation : Jamais loin de vos vivres.
rôle/occupation : La grande vadrouille.


WHO I AM ?
▲ statut : Compliqué.
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyMar 14 Mai 2013 - 17:40

    Haha !! :bro: La méchante, odieuse, pas gentille (Dit-elle What a Face ) qui s'évanouit devant Jagger tout nu 8)
    6X Bienvenue ma Feinte ♥️ :love2: :heart:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -




Dernière édition par Leïa G.O. Young le Mar 14 Mai 2013 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" STAFF "
maître du jeu

avatar : (before) rebel wilson -> amber heard (now)
messages : 356
date d'inscription : 25/02/2013

points rp : 6
localisation : en vadrouille
rôle/occupation : traqueur
humeur : desperate


WHO I AM ?
▲ statut : célibataire
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyMar 14 Mai 2013 - 17:41

TOU ES SEXY !!! :diego:
:lit: :sex: :showa: :lit2: :fleur:


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


you call me a bitch like
it’s a bad thing

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" STAFF "
maître du jeu

avatar : leonardo dicaprio
messages : 237
date d'inscription : 17/03/2013

points rp : 7
localisation : dans ton... pardon, ohio
rôle/occupation : a little bit lost, maybe
humeur : à poutrer des dragons


WHO I AM ?
▲ statut : célibataire/en couple/marié(e)
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyDim 19 Mai 2013 - 21:06

:lit:

SOOOOON !!

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" HOSTS "
invaders must die

avatar : baek su min
messages : 163
date d'inscription : 14/05/2013

points rp : 82
localisation : new york city
rôle/occupation : putain de rue aux moeurs légères
humeur : inflammable


WHO I AM ?
▲ statut : je brûle
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptyDim 19 Mai 2013 - 21:42

LOUIS: non, mon plan est d'avoir assez de comptes pour tous vous gnutgnuter :ga:

merci à vous tous pour les mots de re-re-re-re-re-re(x1000)-bienvenue What a Face
JE VOUS GNUTGNUT TOUS :lit:

SOON :diego:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


i am constantly torn between killing myself and killing everyone around me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" STAFF "
maître du jeu

avatar : josh holloway
messages : 274
date d'inscription : 28/03/2013

points rp : 21
localisation : ohio, la cohorte
rôle/occupation : clodo inside


WHO I AM ?
▲ statut : célibataire/en couple/marié(e)
▲ inventaire:
▲ relationships :

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords EmptySam 8 Juin 2013 - 20:17

J'adore ta fiche Cocomour :dead:

TU ES VALIDÉ(E)
Félicitation et bienvenue sur Invaders !
Maintenant que ta fiche a été validée, le staff va se charger de te donner ta couleur et ton rang. Ton avatar sera recensé dans les plus bref délais. A présent tu peux t'occuper de ta fiche de liens ici et de ton almanach des rp ici. Pour toute question le staff est à ta disposition par mp ou sur la box si l'un de nous est connecté.

On te souhaite un bon amusement sur le forum ! À très bientôt ! ♥️

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty
MessageSujet: Re: BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords   BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BEATRIX ☿ silly caucasian girl likes to play with samurai swords
» IV,2. The stylist & the silly little girl (11- Owain)
» Heartbreaker version girl [Finish]
» 05. The games we play
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Invaders :: Gestion des personnages Gérer et intégrer son personnage :: Présentations :: Fiches validées-
NAVIGATION
MÉTÉO
-9°C
FÉVRIER 2014
PUB
TOP