Bad Joke + Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Bad Joke + Jack    Mar 11 Fév 2014 - 10:20




It's a really bad Joke !

S'arrêter trop longtemps au même endroit n'était pas la meilleure stratégie à adopter. Bouger était selon moi un gage de sécurité et je poussais les autres à le faire le plus souvent possible. Il en allait de notre survie. Les températures devenant de plus en plus basse, nous avions décidé de faire route vers le sud Jayden et moi. Là-bas l'hiver serait beaucoup moins rude et ca nous permettrait surement d'améliorer un peu nos chance de survie. Traverser de nombreux états ne fut pas une mince affaire. Lui savait se débrouiller pour démarrer les voitures mais il s'agissait maintenant de denrée de plus en plus rare. Comme les vivres. D'autant que le petit groupe que nous formions s'était agrandi il y a peu. Deux adultes qui faisaient route dans la même direction. Nous avions convenu d'un accord comme un accord de faire un bout de chemin ensemble.

Voilà maintenant trois jours que nous étions installés dans cette petite cabane abandonnée. Ce n'était pas le lieu le plus accueillant que j'avais connu mais au moins nous avions la possibilité de reprendre un peu de force sans être à découvert. Jayden s'était blessée et nous étions tous à bout de nerfs. Une escale s'imposait. Peu après notre installation je fulminais, tournant en rond comme un lion en cage. Nous déplacer à longueur de temps nous permettait de sauver notre vie mais également de m'empêcher de penser. Attendre ici que les autres reprennent des forces jouait sur mon humeur, je ruminais et je détestais ça. Je ne m'étais pas posé de question depuis plusieurs semaines. Entre les attaques et les dangers qui rodent je n'avais pas eu une seule seconde pour penser à Killian ou encore à Amy. Je ne savais pas s'il était vivant mais elle était morte. Par ma faute. Le sommeil fuyait mes nuits. Une vieille douleur refaisait surface.

Le jour venait à peine de se lever, lorsque je quittais notre refuge. Le but de cette sortie était bien entendu de trouver quelque chose à manger, mais surtout de l'eau. Nos réserves s'épuisaient dangereusement et beaucoup trop rapidement. Armée de mon couteau de survie je me lançais à la découverte de "ce nouveau monde". J'avais vu un point d'eau sur une carte, une construction non loin de là... Mais je n'avais pas le sens de l'orientation, la première chose à faire était donc d'éviter de me perdre. Laisser des traces n'était pas une bonne idée. Autant se balader avec un panneau lumineux : "Je suis humaine ! Venez me chercher. Je vous attends. Bisous Bisous".

Il me fallut environ une bonne demi heure pour trouver une autre cabane de fortune. Son allure ne payait pas de mine. Il devait s'en doute s'agir d'un abri construit à la va vite et au vu de son état, ses habitants étaient partis très rapidement. Je fis le tour prudemment. Les apparences sont souvent trompeuses. Une fois certaine que la voie était libre je me dirigeais vers ce qui ressemblait le plus à la porte d'entrée. Mais alors que je tournais la poignée de la porte il y a eut un gros fracas. Je ne pus retenir un cri alors que je passais à travers les planches de bois disposées devant l'entrée. J'eus le temps de me rattraper pour ne pas aggraver ma situation. Un piège. Je n'avais malheureusement pas le temps de m'extasier devant l'ingéniosité du système, mon pied était coincé. Et je ne vous parle pas de la douleur...

© charney


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Mar 11 Fév 2014 - 16:05

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


Au réveil – car pour une fois j’ai trouvé un peu de sommeil, deux ou trois heures – j’ai profité du ciel dégagé pour faire quelques minutes de promenade. Pas comme s’il y avait réellement autre chose à faire, n’est-ce pas ? J’ai pu profiter du soleil, trouver un peu d’eau potable, du moins pas désagréable, et rentrer au campement en bon footing. La condition physique c’est essentiel. Militaire de carrière, l’invasion extraterrestre ne m’a pas convaincu d’abandonner tous les intérêts d’un peu de fatigue dès le réveil ;
Transpirer un bon coup, à jeun, c’est parfaitement ce qu’il faut faire pour avoir une bonne santé.

Après quoi j’ai immédiatement rejoins le petit ruisseau pour me tremper. Et oui, elles sont loin les douches de la caserne réputées très désagréables. Désormais, elles conviendraient à n’importe qui, même les plus pintés de la cohorte seraient enchantés de pouvoir découvrir la précarité des services militaires.

Enfin. Je ne me plains pas, cette petite arrivée d’eau fut parfaite car j’étais seul et j’ai pu prendre le temps de me détendre, de laisser mes muscles décompresser et mes pensées divaguer un instant. Mais bien vite j’ai été rattrapé par une bande de jeunes mal élevés qui cherchaient à emmerder je ne sais qui ; bref.
Une bonne leçon de morale sans doute balancée dans le vent, un coup de colère qui m'endolorit toute la nuque à nouveau : super.

J’ai besoin de m’éloigner de ces incompétents désorganisés, de me retrouver seul – pour changer – et de me concentrer sur une tâche plus…passionnante. Trouver de la nourriture, déterminer un périmètre de sécurité plus large pour pouvoir renseigner les dirigeants de la cohorte. Ce genre de choses.
Alors je m’équipe et parcours aisément deux, trois, quatre kilomètres ;
Jusqu’à la découverte de ce cabanon de fortune.

Je prends quelques instants pour sécuriser les alentours, m’assurer que le « propriétaire » ne se ramène pas ! Rien à signaler, je tends l’oreille et pénètre l’endroit pour un rapide état des lieux. Erf. Ce n’est guère solide, ça a l’air abandonné. Un voyageur solitaire a du s’installer là, au moins trois jours sans quoi il n’aurait pas construit un abri. Il faut reconnaitre que les nuits deviennent bien froides…
Un craquement me fait sursauter et je ne perds pas un instant pour me hisser dans l’arbre à côté, histoire d’avoir un point de vue parfait sur la future proie. Ou pas. Mais dans le doute, je prends le rôle du chasseur : mieux vaut ça qu’être traqué, pris par surprise par un ennemi.

Puis, ma mâchoire se décrispe et un discret sourire s’étend sur mes lèvres. Je connais cette demoiselle ! C’est l’insupportable prétentieuse que j’ai tiré d’affaire il y a quelques semaines. Cette même peste qui n’a pas daigné me remercier et qui, au contraire, a prit son allure la plus hautaine qui soit pour souligner qu’elle ne me devait rien.
Ah vraiment ? Alors que deux planches poussiéreuses craquent sous son poids, je replace mon couteau à ma ceinture en étouffant un léger rire.

J’attends un peu. Cinq, dix, vingt secondes. Aïe aïe aïe. Sale posture pour la belle. Bien fait pour elle ai-je fortement envie de dire, mais je m’abstiens, savourant le spectacle encore un moment. Et puis la raison me revient, la notion de danger imminente aussi. On ne sait jamais qui pourrait profiter de cette victime toute désignée, nommée June à ce qu’il me semble.

« Alors, mademoiselle "je-n’ai-besoin-de-personne" ? On s’amuse bien ? Hum ? »

Ô la pointe de sadisme, c’est moche. Mais c’est drôle, je vous assure. Je le voix à son air dépité, cette rancœur inavouée qui ne va pas tarder à exploser. Je jubile, c’est clair et je l’assume en venant me positionner là, juste devant elle – prenant soin de ne pas tomber dans le même piège – pour l’observer avec provocation.

« Puisque tu n’as pas besoin d’aide ou quoique ce soit, je vais filer. D’accord ? Mais si jamais, un petit s’il te plait pourrait te sauver cette fois-ci. »

Codes par Wild Hunger.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Mar 11 Fév 2014 - 21:45




It's a really bad Joke !

Comment avais-je pu être aussi stupide ! Franchement ma pauvre June tu es en plein délire ! Comment as-tu pu penser une seule seconde que cette foutu cabane en plein milieu des bois comme une promesse de nourriture n'allait pas être piégé ? Je me détestais de ne pas avoir pris le temps de vérifier, de prendre mes précautions. Maintenant j'étais piégé comme un rat. Mon pieds avait transpercé le bois et il était coincé. Je ne pouvais pas me dégager malgré mes nombreuses tentatives. La solution était d'écarter les planches autour et de les arracher. De ma position je ne pouvais pas le faire. Ce n'est pas faute d'essayer. Je n'avais pas assez de force. Bordel. Je tendais l'oreille tout en cherchant une solution. Si une "patrouille" des Aliens arrivé ils n'auraient qu'à me cueillir comme une petite fleur. Je sortais mon couteau et le tenais fermement. Je guettais le moindre bruit. Il fallait que je prenne le temps de vérifier avant de tenter une nouvel fois de me dégager. Je le posais à côté de moi une fois convaincue que le danger était écarté. Je prenais ma jambe à deux mains et tirais une fois de plus. Une vive douleur se déclencha, je relâchais le tout. Me casser le pied ou me fouler la cheville était loin d'être une solution.

Je sursautais, frôlant la crise cardiaque en l'entendant derrière moi. Non c'est pas vrai. Je me retournais autant que possible pour le discerner. Lui. Le destin s'acharnait-il sur moi ? Il fallait que ce soit lui. Mais qu'est ce que j'avais fais pour mériter ça ? Son visage ne m'était bien entendu pas inconnu. C'était monsieur je sais tout et je me crois indispensable. Un grand guignole oui. Je devais reconnaître qu'il m'avait sortit d'un mauvais pas mais ce n'était pas une raison pour prendre cet air condescendant. _" Hahaha très drôle, je suis morte de rire. Je me roulerai bien par terre mais c'est impossible pour le moment. Tu m'en vois désolé. " Sale caractère bonjour. Non mais sérieusement il se prenait pour qui ? Mieux valait il mourir que de le laisser une fois de plus me sauver la mise ! Bon d'accord par le passé c'était une expression que j'aimais ressortir pour montrer mon exaspération mais là dans le cas présent.... Mourir était une possibilité et non plus une façon de parler.

Il poussa le sadisme jusqu'à se planter devant moi. Je le fusillais du regard avant de reporter mon attention sur ma jambe. J'avais beau retourner la situation dans tous les sens, j'étais foutu. Il était ma seule chance de survie à moins qu'un autre être humain ne tombe de ciel... Partir ? Bonne idée vas y! Il voulait un petit s'il te plait ? Et puis quoi encore ?! Je marmonnais un espèce de "vas te faire voir" quasiment inaudible. Il me provoquait. Il était clairement en position de force je ne pouvais le nier. _" Je n'ai pas besoin de ton aide. Je peux me débrouiller seule." Cette phrase venait de m'échapper. Je me mordais l'intérieur de mes lèvres. Je n'étais pas dans la position de négocier quoi que ce soit. Je n'allais pas m'en sortir s'il partait. Un s'il te plait n'était pas compliqué mais j'étais trop fière. Je changeais de stratégie et décidais de l'attaquer autrement. _" Il n'y a pas de politesse ou quoi que ce soit. Rien qu'un choix. Soit tu me laisse moisir ici soit tu m'aides. Ca n'a jamais été plus compliqué que ca. " C'était ma façon à moi d'avouer qu'il avait son utilité dans cette affaire. Je le regardais dans les yeux pour appuyer mes pseudo-arguments. C'était une espèce d'apocalypse, on avait autre chose à faire de plus important que de penser à la politesse. Survivre par exemple. _" Alors qu'est-ce que ca fait d'avoir le destin de quelqu'un entre les mains ?" Réussir à la faire culpabiliser ? Rien n'était plus incertain ! Je bougeais ma jambe et tentais une dernière fois de soulever cette foutu planche de bois qui ne bougea pas d'un millimètre. _" Et merde."

© charney


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Mer 12 Fév 2014 - 16:11

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


Qu’essaye-t-elle de faire au juste ? M’amadouer ? Me persuader qu’elle n’est une pauvre victime et que j’aurais sa mort sur la conscience si je ne fais rien ? Je sais pertinemment tout ça. Un train de retard pour ladite June qui se vautre complètement en optant pour cette tactique. Elle ne réussira pas à me faire changer d’avis pour la simple et bonne raison que ma décision est toute prise : je fais partie des gentils.

Néanmoins, et pour lui faire fermer son caquet un instant, je m’offre le luxe de la faire patienter. De faire mine d’hésiter, voire même d’être plus cruel qu’elle ne l’imagine. Haussant le menton pour la dominer totalement et dans tous les sens du terme, j’esquisse un nouveau sourire rempli de fausse méchanceté.

« C’est amusant vois-tu ? Tu affirmes que j’ai en main ton destin, comme si j’avais le pouvoir de te tirer d’affaire. Laisse-moi exposer mes arguments. »

Non je ne suis pas très bon orateur, je suis plutôt impulsif grande gueule, rentre dedans et tête brûlée. Ceci dit, les années d’expérience que je cumule ont bien un intérêt dans ce genre de plaidoirie. Il m’a fallut plus d’une fois apprendre à fermer la bouche pour débattre correctement avec l’ennemi dans l’idée de sauver la peau de mes hommes ;
Je devrais largement pouvoir rivaliser avec les arguments de cette miss.

Prenant le temps de m’installer avec un air détendu – alors que je n’oublie pas de surveiller les alentours au cas où un malheur nous tombe dessus – j’étends mes jambes à ses côtés et entame, avec patience et application. Un autre moyen de la faire sortir de ses gonds ;

« Prenons les choses dans un autre sens. Tu es captive, là, parfaite proie pour les envahisseurs. S’ils passent ici, aucun doute qu’ils auront un hôte de choix ! Alors oui, j’aurai quelque part contribué à ta mort en les laissant se servir mais…d’un côté, j’aurai sauvé quelqu’un d’autre. Ils parcourent les environs à la recherche d’une âme à infester. S’ils te tombent d’abord dessus : quelqu’un leur aura échappé ! Je pourrais ressentir toute la fierté et la gloire que j'aurais mérité. »

Je la laisse cogiter, me doutant bien que pour analyser pareil argument elle a besoin de temps. Ah June, tout un poème. Quand le calcul a été effectué dans sa petite tête, quand elle a compris que – malgré toute la méchanceté de mon plan – je n’ai pas complètement tort : je lui souris de plus belle.

« Ou alors tu parviens à me convaincre que tu mérites d’être épargnée. Que tu vaux au moins autant qu’un autre humain libre aujourd’hui. Alors ? Je t’écoute. Tu veux que je fasse quelque chose pour toi ? »

En attendant sa réponse, je tends l’oreille à droite puis à gauche. Mes yeux sombres se plissent comme pour aller plus loin à l’horizon et anticiper la moindre approche. Rien à signaler il semblerait. Je reviens à ma petite brune, obligé de sourire devant la situation. Comique, inoubliable. Si j’avais de quoi immortaliser l’instant, soyez sûrs que je l’aurais fait !

« Allez, tu dois bien connaitre quelques formules de politesse, ou même savoir afficher un sourire. Non ? Un petit effort et tu auras deux dettes envers moi… »


Codes par Wild Hunger.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Sam 15 Fév 2014 - 13:05




It's a really bad Joke !

Il avait de la chance que mon pieds soit coincé sinon je me serai fais un plaisir de lui botter les fesses. Mais ce sera pour plus tard, pour le moment je devais le convaincre de m'aider. Les Hosts pouvaient traîner dans le coin et hors de question que je ne devienne une marionnette.Lui aurait ma "mort" sur la conscience. Pouvait-il vivre avec ça ? J'en doutais. Il sembla hésiter, je plissais les yeux. Je le pensais beaucoup plus coriace. Mais ses paroles me heurtèrent de pleins fouets. Je n'étais pas sauvée bien au contraire. Je levais les yeux au ciel et soupirais exaspéré. Que pouvais-je faire d'autre que de l'écouter ? J'étais coincée à ses pieds. Il s'installa avec un air détendu, me défiant complètement. Serait-il devenu fou ? Aurait-il oublié le danger qui nous guette ? Oui au vu de son discours il n'était plus sain d'esprit. Me sacrifier à la place de quelqu'un d'autre ? Les occuper avec moi ? Je devais avouer que l'idée n'était pas mauvaise. Je bouillais intérieurement. Si nous étions dans un vieux cartoon de la fumée se serait échappé de mon nez et de mes oreilles. Je ne le supportais définitivement pas. Je devais le vaincre. Tous les moyens devaient être employés. je n'avais pour le moment que les mots à ma disposition. Je devais faire preuve d'un peu d'humanité.

Je haussais les épaules. Je prenais une grande inspiration et le défiais du regard. _"Dans tous les cas ils auront une recrue de plus pour gonfler leurs rangs." Un argument de poids. Nos envahisseurs étaient venus en nombre et il fallait du monde pour résister. On ne fait pas la "guerre" seule. _" Je n'ai jamais étudié les stratégies militaires ou même l'histoire. Mais le nombre y est pour beaucoup dans les victoires, comme les stratégies et la cohésion." Je me souvenais particulièrement de l'un de mes patients lors de mes années d'études, particulièrement fan des guerres stratégiques d'un autre temps. Mon argument n'allait certainement pas le toucher mais au moins le faire réfléchir. Je l'espérais. J'aurai pu appuyer sur le côté larmoyant de mon histoire depuis cette foutue invasion mais ce n'était pas mon truc.

L'envie de l’assommer et de le laisser sur place était de plus en plus forte. Je serrais les poings. Je pouvais au moins me dire que nous avions de la chance que personne ne soit dans le coin. L'endroit était désert en dehors de nous deux. Il voulait que je me mettes à sourire ? Plutôt lui tirer la langue non. Je n'avais pas le cœur à montrer mes charmes. Je secouais la tête négativement : _" Non. Aucune ne me vient en tête. Quel dommage !" Deux dettes ? Je le fusillais du regard. _" Je ne te dois rien. La dernière fois je ne t'ai rien demandé. Tu as décidé seul que j'avais besoin de toi. " Il m'avait été bien utile je ne pouvais le nier. Mais je n'avais rien demandé comparé à cette fois. Et puis ce petit jeu m'épuisait. _" Ne perdons pas notre temps. Tu as décidé de me laisser là alors ..." Un craquement se fit entendre. Je tendais l'oreille. Un bout de bois très certainement. Faites que ce soit un écureuil... Par pitié une saleté d'écureuil. Mon coeur se mit à battre à rompre ma poitrine. Je le regardais. Il devait être aussi tendu que moi. Ca changeait les choses. _" Ok. Aide moi et je te rendrai la pareille."

© charney


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Dim 16 Fév 2014 - 16:55

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


Non, franchement, ce craquement de brindille n’était pas du à la maladresse d’un pauvre écureuil. Il traine ici quelqu’un et sans être certain qu’il s’agisse ou non d’un ennemi, il allait falloir faire preuve d’énormément de prudence. Une idée me vint alors. Pas que je sois réellement sadique dans le fond, je suis quelqu’un de bon. Sauf que contrairement à June qui vient de l’avouer, je suis calé en matière de stratégie militaire. L’armée c’est toute ma vie, les tactiques et autres plans de batailles c’est mon dada je ne vois pas pourquoi j’échouerai cette fois ci ;
Alors qu’elle me demande de l’aider, je détourne le visage en lui sommant de se taire pour retourner très discrètement dans mon arbre. Pourvu qu’elle ferme sans bouche, ce serait tout ce qu’il nous faut pour nous sauver…

Il y avait bien quelqu’un. Un homme d’une cinquantaine d’année apparait et dévisage la demoiselle prisonnière sans visible once d’affolement ni de compassion. Mauvais point, il s’agit sans doute d’un extraterrestre. Mais sans en être persuadé, je ne peux pas prendre la décision de lui ôter la vie !
J’attends qu’il s’approche d’elle, prenant sur moi pour ne pas laisser l’appréhension me gagner. S’il est dangereux et plein de mauvaises intentions, je devrais agir vite pour la sauver ;

« Eh bien ma jolie…il semblerait que tu sois à ma merci… »

Erf. J’aurai aimé me tromper, j’aurai apprécié que mon pessimiste soit déjoué pour une fois. Les intentions de cet inconnu m’ont l’air parfaitement horrible et envahisseur ou pas, ce qu’il réserve à June ne me dit rien qui vaille.
Tandis qu’il l’approche pour laisser ses mains aller sur la peau de la jeune femme, je contiens difficilement la haine qui s’empare de moi. Comment peut-on être aussi … ? Je n’ai pas de mot. Je dégaine mon large couteau et bondis de ma planque pour le lui enfiler entre les omoplates ; c’était le but en tout cas, car le couteau ripe contre son épaule massive et se plante dans son bras. C’est déjà ça.

« Essaye de te dégager je le retiens ! »

Dis-je avec le plus d’assurance possible mais s’il est vraisemblablement un peu plus âgé que moi, le fourbe est en pleine forme. Hôte ou pas, je dois le neutraliser c’est une réelle menace, plus besoin de le prouver. J’arrête son premier poing mais ne vois pas arriver le second qui me percute le visage de plein fouet ;
Quelques secondes de flottement, il me soulève à moitié pour m’envoyer un bon mètre plus loin. Mon dos rencontre une partie du plancher qui retenait June captive, pourvu que ce chahut la libère !...

Codes par Wild Hunger.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Lun 17 Fév 2014 - 19:51




It's a really bad Joke !

Le bruit avait changé en une fraction de seconde ma façon de parler. J'étais capable de lui faire une longue déclaration d'amour bien mielleuse s'il me le demandait. N'importe quoi plutôt que de devenir une cible privilégiée. Je savais maintenant ce que ressentaient les animaux piégés. Je n'avais jamais été pour la chasse et j'allais avoir une raison de plus à ajouter à ma longue liste. Je tends l'oreille alors qu'il m'ordonne d'un geste de me taire. Je le vis s'éloigner de moi et monter dans un arbre. Non sérieusement ?! Il croyait que c'était le moment de jouer à Tarzan ?! J'avais envie de lui hurler un tas d'horribles choses pourtant une partie au fond de moi m'en empêchait. A croire que je faisais confiance en sa bonté ou je ne sais trop quoi. Il n'allait pas me laisser ainsi... N'est-ce pas ? Je tentais de bouger rapidement les planches. L'une d'elles commença à craquer. Mon cœur battait la chamade dans ma poitrine.

Il y avait bien quelqu'un : un homme ne tarda pas à sortir des bois. Humain ou non ? Peu m'importait dans le fond ,car pour moi la finalité serait la même : j'allais passer un très mauvais moment. Je lui lançais un regard apeuré. Ce n'est pas le moment de paniquer, je détournais les yeux avant de pousser sur mon pieds tant pis pour les risques de blessure. De toute façon ça ne pouvait pas être pire si ? Une planche sembla commencer à céder... Trop tard. Il était déjà là et moi toujours piégée. Bon si monsieur le super-héros perché dans son arbre a un plan : c'est le moment d'agir ! Je sens sa main glacée glisser le long de mes cheveux._ « Alors là tu peux toujours rêver. » Je tente de lui asséner un coup de l'autre jambe mais celle-ci ne brasse que de l'air. Il a reculé. Monsieur courtoisie s'est enfin décidé à agir... Avec plus ou moins de succès ! La lame se plante dans le bras de l'agresseur. Il me dit d'essayer de me libérer. J'ouvre la bouche et finalement la referme. Ce n'était pas le moment de lui lancer une pique alors qu'il venait de certainement me sauver la vie... du moins pour les prochaines minutes. Je donnais des coups comme une folle et m'aidais de mes bras. J'avais l'impression d'avoir énormément de force car le piège me laissait de plus en plus de liberté. L'adrénaline certainement.

Je tournais la tête et vis Jack en très mauvaise posture. Son adversaire venait de lui asséner un coup très violent. Il avait ,sans aucun, doute besoin de mon aide. Sauf qu'en attendant j'étais toujours coincée. Je forçais encore et encore. Je sentis quelque chose s'approcher de moi, je hurlais. L'assaillant venait de balancer mon compagnon d'infortune à mes pieds. Le bois craqua, mon pieds se libéra. Je me dégageais rapidement et reculais. Mon cœur allait finir par sauter hors de ma poitrine. Niveau plan et stratégie, j'avais connu mieux. Il s'approchait de nous et j'avais la vague impression d'être la seule à réagir pour le coup. Une idée. Une idée... Je regardais autour de moi tout en gardant un oeil sur le dégénéré. Lui semblait plus s'intéresser à monsieur j'ai-un-plan qu'à moi. Aucun doute c'était un Alien, du moins mon égos le pensait. En tout cas c'était une grossière erreur. J'attrapais une planche qui avait été expulsé sous l'impact et la serrais dans mes mains. Je me levais doucement sans bruit. C'était le moment de jouer les héroïnes. _" Et gros lourd." Il tourna la tête, je lui balançais mon arme de toutes mes forces. _" Bas les pattes!" . Il allait voir des étoiles pendant un petit moment. Plus tard j'allais prendre le temps de m'extasier sur cette réplique digne d'un film mais pour le moment je me dirigeais vers mon compatriote humain pour lui filer un coup de main. _" Ca vas ?" Je l'aidais tout en gardant le regard bien poser sur la masse qui commençait déjà à bouger. J'avais peut-être surestimé mes forces. _" Si tu as une idée brillante c'est le moment."


© charney


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Jeu 20 Fév 2014 - 10:06

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


La respiration saccadée et une vive douleur dans le dos, je suis étalé sur le sol incapable de me redresser dans l’immédiat. Pourtant je n’ai pas le droit de chômer, il faut impérativement que je me ressaisisse pour venir en aide à June. Merde, si j’ai pris le risque de sauter sur la brute épaisse depuis mon arbre, c’est bien pour secourir la demoiselle, si insupportable soit-elle.
J’inspire un bon coup et secoue la tête comme si ce geste m’aidait à retrouver l’essentielle de mes capacités.
Action.

A ce moment précis, la jeune femme se libère des planches de bois. Ouf. C’est déjà ça. Devoir affronter un adversaire aussi redoutable n’est pas plaisant, mais devoir en plus s’inquiéter pour une personne vulnérable c’est juste terrible. La savoir libre me permet de pleinement me ressaisir, enfin, et je me relève pour parer les assauts.
Devinez quoi ? Il est vraiment violent, et efficace. Je titube d’un ou deux pas en arrière devant ses grosses brasses, essuies un coup perforant sur l’arcade ce qui m’arrache un râle tandis que le sang s’écoule jusque sur ma paupière. Désarçonné – mais expérimenté – je sais que je n’éviterai pas le prochain coup mais je le vois arriver. Un mal pour un bien, je peux fermer les yeux et serrer les dents, mais rien faire pour me sauver…

Sauf que June a un éclair de génie. Elle n’est pas partie ? Elle a désobéit ? Il est vrai que mon grade de colonel ne vaut plus grand-chose au milieu de ces civils. Je ne suis rien pour elle, et pourtant : son attaque est une vraie réussite.
Le fou furieux est déséquilibré et moi je réalise qu’une fine main se tend pour me venir en aide. Sympa. J’acquiesce, encore un peu sonné, et passe un revers de main sur mon arcade, étalant le sang sur ma tempe.
Aïe.

« Oui : mets toi à l’abri. »

C’est ma brillante idée ? Évidemment. Je suis soldat, je fais partie de l’armée de l’air, je dois défendre June quoiqu’elle en dise. Quel que soit notre ennemi. Après tout il est seul et bien sonné grâce à elle, je devrais pouvoir m’en sortir sans davantage de casse !
J’ai suffisamment confiance en moi pour lui faire face sans trembler. Que voulait-il faire ? Abuser June ? La violer ? Puis quoi encore !?!! L’achever sans le moindre remord après avoir validé son billet pour les enfers ?

« Tu restes là ma belle !!!! Ça fait des jours que je t’observe, tu peux bien t’offrir à moi ! »

What the hell ?
C’est juste une grosse blague. Je n’ose même pas regarder la miss Emerson tant ces paroles doivent être écœurantes pour elle. Le gros souci, c’est qu’il a l’air décidé. Il en pince totalement pour June – du moins son physique – et dans ces conditions précaires subies par les survivants, on imagine sans mal que de tels drames se produisent tous les jours…
Heureusement pour elle, je ne permettrai pas ça.

Après une bonne prise d’élan j’envoi mon talon dans le menton de ce crétin pour qu’il retourne sur le sol. Bordel, il est toujours conscient ! J’hallucine devant sa résistance mais ce n’est pas le moment de cogiter : il faut filer. J’aimerai éviter de tuer ce gars, je ne suis pas un assassin. Si nous parvenons à rejoindre le groupe, il n’osera plus nous attaquer.
L’union fait la force. Parait-il.

J’attrape miss pénible par la main et l’entraine à ma suite, espérant prendre le chemin qui laissera le moins de traces possibles. Il nous faut parcourir un bon bout de route avant de retrouver les autres, ce serait dommage qu’il nous rattrape.


Codes par Wild Hunger.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Sam 1 Mar 2014 - 16:20




It's a really bad Joke !

Mon pieds était dégagée, j'étais maintenant libérée de cet horrible piège. Pour autant, la situation ne s'était pas arrangée. Nous avions une énorme brute devant nous, dont les idées étaient dévastatrices. Je ne savais pas comment j'allais m'en sortir mais une chose était certaine : Il le fallait. Une fois libre, j'aurai pu laisser l’agaçant Jack sur place mais je n'étais pas comme ça. J'avais encore une part d'humanité en moi. J'attaquais notre ennemi commun, et l’assommais. Nous avions quelques secondes devant nous. Je me dirigeais rapidement vers mon compagnon d'infortune et lui tendais une main. Il était salement amoché et n'avait pas une belle tête. Il allait d'ailleurs avoir besoin de quelques points de suture par-ci par-là. Il ne trouva rien d'autre à me dire que de fuir. Je lui fis une grimace. _" Brillante idée ! Je vais monter à l'arbre et calculer en combien de temps il te réduit en bouillie ! Tu as pas des gâteaux à grignoter et un peu de thè ?" Son idée était stupide. Il n'allait pas survivre. Il avait beau avoir une bonne condition, il allait lui falloir plus que ça. Un coup de main dans ce monde ne se refusait pas. Le gros balourd prit la parole. J'ouvrais la bouche de surprise. Personne n'avait rien remarqué. _" Espèce de ..." J'étais prête à lui sauter dessus. Quitte à ce qu'il me tue autant que je fasse les choses correctement. J'attrapais un morceau de bois. Il me voulait, il allait m'avoir.

Jack prit l'initiative avant moi. Il était certainement plus efficace d'ailleurs. L'homme venait d'être mis à terre mais il semblait toujours conscient. Il n'avait rien dans la tête mais bon dieu qu'elle était solide. Rien dans le crâne tout dans les muscles ! A cet instant le tuer ne me semblait pas être une option mais une nécessité. Je n'étais pas un assassin. Killian devait écraser les moustiques pour moi car l'idée de faire mal à n'importe quel être vivant me rendait malade mais je devais protéger le reste des survivants de cette horreur. J'allais attraper un couteau que j'avais sur moi mais Jack me prit la main. Je me lançais à sa suite.

Le chemin n'était pas des plus praticables mais au moins nos traces étaient quasiment invisibles. Je ne savais pas où j'allais, me contentant bêtement de le suivre. Je ne m'inquiétais pas de savoir si j'allais pouvoir revenir sur mes pas. Je m'arrêtais à bout de souffle. La fatigue, le manque de nourriture... Mes muscles étaient douloureux. J'avais l'impression de courir depuis des heures et des heures. Je ne voulais qu'une chose : me coucher sur le sol et ne plus bouger pendant quelques heures. Je tendais l'oreille. Aucun bruit suspect. _" Il a laissé tomber ?" lançais-je à voix basse. J'avais peur de crier trop fort, d'être repéré à nouveau. J'appuyais mes mains sur mes cuisses, en prenant de grandes inspirations _" Il fallait le tuer. On aurait dû." Il pouvait s'en prendre à n'importe qui maintenant. _" Ne serait-ce que pas charité pour le reste du monde." J'étais très sérieuse.

© charney


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Lun 3 Mar 2014 - 9:17

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


Il semblerait en effet que notre traqueur ait abandonné l’idée de nous retrouver. Nous sommes allés plus vite que lui, animés par la peur en premier lieu, mais sans doute plus agiles que lui. Plus rapides, nos constitutions étant moins importantes. Qui a pensé qu’il n’y avait que des qualités à être un tas de muscles ? Nous l’avons semés et je n’en suis pas mécontent, il était redoutable. Je ne sais pas combien de temps j’aurai tenu s’il avait fallut lui faire face à nouveau ;

Quand la demoiselle prend la parole, mon premier réflexe est l’indignation. Qu’ose-t-elle dire ? Pour qui se prend-elle ?!! Juger ainsi le droit de vie d’un autre est simplement abominable. Personne ne devrait se permettre de déclarer de telles horreurs !
June ne gagne aucun point dans mon estime. Je l’observe avec dédain, étonné qu’autant de cruauté puisse subsister dans un cerveau si creux.

Je suis méchant, mauvais. Mais j’ai mal et j’ai eu peur, pour nous deux. Je reconnais que ce type nous rendrait la tâche facile s’il disparaissait…mais je n’ai jamais souhaité la mort, encore moins désiré la donner.
Même au combat. Même sous le feu des ennemis, quand mes balles transperçaient leur chair et que mes hommes tombaient autour de moi.

« Ne soyez pas si cynique pitié ! On ne rend service à personne en retirant la vie. Croyez-moi. Qu’est ce que vous y connaissez ? J’avoue qu’il est dangereux et plein de mauvaises intentions, mais on ne peut pas commencer à s’entretuer alors que le conflit contre les extraterrestres fait rage ! »

Je m’énerve en tentant de vérifier si la douleur dans mon dos ne vient pas d’une déchirure. Quand le gros m’a envoyé valser j’ai atterri lourdement sur des morceaux de bois et autres caillasses, il est probable que j’ai été ouvert mais impossible de vérifier.
Tant pis. Je crois que je suis fatigué, cette miss – si insupportable soit-elle – n’a pas à ramasser ma colère. Surtout que ses propos révèlent une certitude que je ne peux nier : il va nuire à une autre jeune femme si ce n’est pas à celle-ci qu’il s’en prend.

…si nous ne devons pas le tuer, nous devrions sans doute le capturer. Je voyage avec la cohorte, nous avons déjà mis sous surveillance quelques délinquants qui mettent en péril la sureté du groupe. Si on parvient à maitriser ce fou, j’aurai la conscience tranquille pour les demoiselles en détresse tout en ayant évité l’assassinat.

« Je m’excuse. C’est juste que…les cadavres se comptent par centaines, sans oublier les proches qui ont été « infestés » par les monstres. Je pense simplement qu’il faut éviter au maximum la violence et autres condamnations. Nous devons le neutraliser, je vais aller demander de l’aide au campement si vous voulez vous y rendre pour récupérer… »

Si je l’ai déjà croisée – sauvée – je suis à peu près certain que June ne fait pas partie de la cohorte. Nous suit-elle de loin ? Par hasard ? Dans quel but ? J’ignore tout d’elle et de ses conditions de survie, mais je prends sous ma responsabilité cette invitation. Si elle veut se restaurer un minimum et souffler un coup au sein des survivants que j’accompagne, qu’elle ne se gêne pas. Si ça pause problème à qui que ce soit je m’interposerais ;

« …Sauf si tu es toujours incapable de me remercier pour mes nombreux sauvetages, bien sûr. »

Je roule les yeux avec amusement. Certes je la taquine, mais c’est avant tout pour nous détendre. L’adrénaline est montée d’un coup, les risques étaient forts. Maintenant que nous avons l’impression d’être hors de danger, il n’y a pas de mal à plaisanter un peu !
Alors que je m’assois pour retrouver une respiration normale et permettre à mes muscles de s’apaiser, je la regarde avec curiosité.

Voilà une femme dont j'ignore tout, que j'ai pourtant déjà sauvée deux fois.

Codes par Wild Hunger.


{Hj : Si tu veux que le bourrin revienne, fais toi plaisir lol}

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Mar 18 Mar 2014 - 18:26




It's a really bad Joke !

Nous étions pour le moment en sécurité mais pour combien de temps ? Nous lui avions peut-être échappé mais serait-ce le cas de sa prochaine victime ? Les mots sortent de ma bouche sans que je n'ai le temps de peser ce que je suis en train de dire. Je n'ai aucune honte de suggérer la mort de cet homme. Les temps ont changé. Je n'aurai pas hésité une seule seconde si j'en avais eu l'occasion. Lui non plus n'aurait pas réfléchi. Jack s'indigna. Je levais les yeux au ciel. Lui qui semblait avec une éducation "militaire" faisait preuve d'une naïveté et d'une humanité incroyable. Je ne savais pas lequel des deux avait le plus perdu la tête. Je croisais les bras. J'allais imposer mes arguments. _" Et bien vous irez raconter ça à la prochaine fille sur qui il tombera. Non mais sérieusement ! Tu penses vraiment que lui se posera la moindre question ? J'ai eu de la chance que tu sois là on ne va pas se le cacher." Ouh bien que le débat soit houleux, il fallait reconnaître que nous avions fais un grand pas. Je reconnaissais son utilité lors de cette confrontation. C'était un merci en quelque sorte. _" Mais comme toujours tu as une meilleure solution." Je soupirais. Il ajouta l'argument que de nombreuses personnes avaient perdu la vie. C'est à ce moment que la douleur refit surface. _" Je sais." Jamais elle ne s'effacera. Jamais je ne pourrai cesser de me demander ce qui leur est arrivé. Je les aimais tellement. Il me parla également d'un camp, je plissais les yeux. J'avais eu des échos à ce sujet mais ça ressemblait tellement à une utopie. Et un dernier petit pic. _" Une seule fois. Parce que cette fois-ci je t'ai tout autant aidé." J'eus un petit sourire taquin. L'atmosphère commençait à se détendre. Je pris une grande bouffée d'air. _" Ouvre bien les oreilles mon grand parce que ca ne va pas se reproduire. Jamais. Jamais." Je m'approchais de lui et me mettais à sa hauteur, passais ma main dans mes cheveux. _" Merci." Je me laissais tomber sur le sol et me rendais compte que mes muscles étaient plus contracturés que prévu. La fatigue commençait à devenir insupportable. Me reposer dans un groupe un vrai me ferait le plus grand bien. Mais je n'étais pas toute seule. _" Si je pouvais je te suivrai sans hésiter mais... Je ne suis pas seule. Et je ne peux pas les laisser tomber." Jayden me suivrait. Et si jamais je disparaissais jamais il ne laisserait tomber. Contrairement à l'image de moi que j'avais pu donner précédemment, j'avais encore de vrais valeurs humaines. _" Mais avant que je te laisse repartir, enlève ta veste." Bon ok c'était un peu bizarre dis comme ca. Très bizarre. Je clarifiais de suite la situation, non sans le taquiner un peu. _" Tout doux. Je veux simplement vérifier que tu arriveras en vie à ton camp. Vu comment il t'a envoyé valser ... Je lui fit un clin d'oeil. Je serai réellement surprise qu'il me laisse faire. Monsieur est un gros dur qui n'a jamais mal. _" Fais pas le bébé. Ça pourrait être sérieux." Je ne pus m'empêcher d'exploser de rire. La situation était déjà trop bizarre, et il fallait que j'en rajoute. J'aurai vraiment apprécié le voir devenir rouge cramoisi.

©️ charney



Hs : mmm je préfère te déshabiller d'abord  What a Face xD

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Dim 23 Mar 2014 - 9:39

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


Je rêve ? C’est ça ?
Malheureusement en cette saison le soleil n’est pas assez puissant pour taper à ce point sur ma tête et me donner de telles illusions. Ceci dit j’en tire une certaine satisfaction : la petite peste qu’est June vient de me remercier ! Vous pourriez me conseiller de ne pas trouver ça si glorifiant mais je vous rappelle que je l’ai sauvée plusieurs fois.
Une, deux, ou même trois. Qu’importe le compte en réalité. J’ai apporté mon aide à une demoiselle en détresse, il ne devrait pas y avoir de mérite. Évidemment j’ai pris un risque pour moi, non négligeable, et c’est sans doute ce qui justifie une politesse.

Je me contente d’acquiescer, reconnaissant. Inutile de la taquiner plus longtemps. L’essentiel reste encore son état sain et sauf, rien de plus.

Puisque nous avons – semble-t-il – semer notre agresseur, j’évoque judicieusement la cohorte. Je ne comprends pas nécessairement ce qui pousse un survivant à lutter seul contre l’ennemi. Il y a, certes, des inconvénients à la vie de groupe. Tout d’abord il faut faire équipe ce qui implique de s’accorder une confiance sincère. Entière. C’est terrible, surtout pour quelqu’un comme moi croyez le.
Si j’ai choisi de suivre ce groupement de survivants, c’est avant tout par sens du devoir. Je suis militaire, je le serai jusqu’à la fin. Mes connaissances stratégiques et de combat doivent servir les plus faibles, les démunis, et le plus de personnes possible ! Je n’avais pas le choix : quand bien même la survie en solitaire m’aurait plu, je ne peux laisser tout ces gens se démerder seuls.
Qu’en est-il de June ?

_" Si je pouvais je te suivrai sans hésiter mais... Je ne suis pas seule. Et je ne peux pas les laisser tomber."

J’entrouvre les lèvres pour poursuivre la conversation, l’interroger sur les raisons qui l’empêchent de venir se réfugier au sein de notre petite résistance : mais je n’en ai pas l’occasion. Avant que je ne puisse formuler quoique ce soit, la demoiselle me demande de retirer ma veste.
Oh je ne me suis fait aucune illusion vous pensez bien. Il se trouve seulement que j’aurai préféré qu’elle veuille mon vêtement pour se réchauffer plutôt que pour jeter un œil à ma blessure ;
Je déteste les docteurs, médecins, aides-soignants et jolies infirmières ! Le pire ? C’est qu’il y a de fortes chances pour qu’elle n’ait aucune compétence médicale.

« Si c’était sérieux je serai resté pour mort sur place. Tu vois bien que j’ai pu courir et que je ne suis pas sur le point de m’écrouler ! »

Quoique. J’agite un peu les épaules pour confirmer mes dires mais la foutue blessure n’a vraisemblablement pas l’intention de me rendre la tâche facile. Je grimace légèrement et retire ma veste pour éviter un scandale de la part de l’énervée.
Sait-on jamais, nous faisons comme si nous étions hors de danger mais rien n’est moins sûr et si elle tient à s’occuper de mon dos : je prête une oreille attentive autour de nous.

« J’ai du me couper un peu en tombant sur la caillasse. Ma veste est déchirée, je saigne ? Ne t’embête pas de toute façon je pense que ça ira. Et toi ? Comment va ta cheville ? »

Je me lève en essayant de ne pas contrarier June. C’est bien gentil de me soigner, mais il faut aussi penser à elle. Doublement, si elle n’a pas l’intention de me suivre à la cohorte mais qu’elle souhaite filer dans les bois.
Le sujet me revient en tête et je lui fais face pour interrompre ce qu’elle fait et capter son attention.

« …Tu dis ne pas être seule. Pourquoi la ou les personnes qui t’accompagnent ne viennent-ils pas avec toi ? Il y aura quelques concessions à faire, je te l’accorde, mais vous serez plus en sécurité avec nous. »

Codes par Wild Hunger.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" TRAVELLERS "
without any attachment

avatar : Lyndsy Fonseca
messages : 43
date d'inscription : 19/01/2014

points rp : 210


WHO I AM ?
▲ statut : fiancée... par le passé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Jeu 27 Mar 2014 - 19:18




It's a really bad Joke !

Je venais de le remercier et cette fois c'était sincère. En même temps jamais je ne me serai forcé à remercier quelqu'un. J'avais ce foutu caractère mais je savais reconnaître ,parfois, que j'avais besoin de quelqu'un pour prendre soin de moi. Son aide m'avait été précieuse mais ca s'arrêtera là. Je n'allais pas non plus le couvrir de louanges. Il pourrait attraper le complexe du héros... Si ce n'est pas déjà trop tard de ce côté là.

Il me parle d'un groupe de survivants... Un moyen de s'en sortir. Je vois là une porte de sortie plutôt qu'un eldorado. J'avais besoin de repos, de pouvoir fermer les yeux pour quelques heures sans craindre pour ma vie, avant de reprendre la route. Mais je n'étais pas seule. Et je savais parfaitement qu'avec les temps qui courent, il est dangereux d'imposer de nouvelles personnes à un groupe certainement déjà restreint au niveau de la nourriture. Je décline en quelque sorte sa proposition avant de m'intéresser à son état de santé. En y repensant, c'était presque un miracle qu'il tienne debout après une telle bagarre. J'avais vu des tas de types à terre et aux soins intensifs pour le tiers de ce qu'il avait subit. Il tenta de me prouver que ce n'était pas la peine mais la douleur le rattrapa. _" Mais bien entendu. " Je levais les yeux au ciel et l'oblige par un léger appui à se laisser faire. J'observe un peu la blessure. Rien de très grave. Il était solide. Heureusement rien de grave. _" C'est pas jolie jolie mais avec un bon nettoyage de la blessure ca devrait aller." J'avais déjà vu pire sur Killian, ou mon fiancé pas très doué. Il se relève sans me demander mon avis et manque de me faire basculer vers l'arrière. Ma cheville ? Je n'y pensais même plus... Ça n'avait pas été la priorité : _" Oh... ca va. Pour le moment. Ma chaussure la maintient en place." Demain ce sera autre-chose ou d'ici quelques heures.

Je croisais les bras en l'écoutant parler. Je ne savais plus vraiment ce que je devais faire. Peut-être devrais-je être raisonnable et accepter de le suivre... Mais, mon instinct me disait de continuer mon chemin, de continuer à chercher. Je plongeais mon regard dans celui de Jack. _" Tu es certain ?" On ne parlait pas d'un chien à nourrir mais bien de plusieurs personne. Je réfléchissais. J'étais responsable d'eux. Du moins je me sentais comme tel. _" Ok. J'accepte ton offre." Je hochais la tête avant de m'étirer un peu. [b]_" Notre camps n'est pas très loin. Moins d'un heure d'ici. Ce serait pas mal de... Mon collier. " Je portais ma main à ma gorge. Non pas ça. Je vous jure non. On pouvait lire ma détresse sur mon visage. Je partais en courant sans rien ajouter. C'était l'un de mes souvenirs, la seule chose qui me rapprochait d'Amy. Il avait du se casser avec les récents événements. C'est bizarre comme on s'attache à de petites choses.

Je n'eus le temps que de pousser un hurlement. Mon dos était collé contre un arbre et sa main autour de ma gorge. Je tentais de me dégager. Rien à faire. L'air commençait à me manquer. Lui. Encore. Cette fois il n'y aurait pas de réchappe. Ce sera l'un ou l'autre.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Don’t get me wrong. I want to stop running. I’ve been running my whole life. I want a home. I just want to be able to live with myself when I get there.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Richard Dean Anderson
messages : 102
date d'inscription : 04/02/2014

points rp : 456
localisation : Pas loin de la cohorte
rôle/occupation : Colonel
humeur : Risible


WHO I AM ?
▲ statut : Marié mais séparé
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    Mar 1 Avr 2014 - 8:42

June & Jack.
Et si tu changeais d'avis ? Très chère.


Je ne veux pas mettre la cohorte en danger en introduisant des personnes susceptibles de troubler l’espèce d’ordre que nous avons mis en place. Cependant s’il faut courir le risque pour permettre à quelques rescapés supplémentaires de venir s’abriter dans le groupe, je suis prêt à assumer la responsabilité de cette décision.

June est une petite capricieuse, certes, mais elle est jeune et pleine de feu. Ce ne peut être considérer comme des défauts ! Elle ne dégage rien de négatif. Les personnes qui sont avec elle ne peuvent pas être plus dangereuses. J’insiste sur le côté concessions pour que les choses soient claires : tout n’est pas parfait dans un pareil regroupement de survivants, chacun doit accepter de faire des sacrifices plus ou moins conséquents pour l’ensemble. C’est au nom de l’ensemble que nous vivons, que nous nous comportons.
Ils devront l’apprendre : mais je suis sûr que cela est envisageable, s’ils veulent éviter les fous du genre de celui auquel on vient d’échapper…

Je ramène mon vêtement sur mes épaules découvertes, prenant en compte le conseil « nettoyage » de la demoiselle. Je ferai un tour par la case infirmerie en rentrant, s’ils ont le temps de s’occuper d’une si petite égratignure.
Tandis que je me rhabille, la proposition a fait du chemin dans la tête de June et bientôt elle l’accepte. Super. J’ai l’impression de m’être rendu utile, de venir en aide à quelques individus dans le besoin. Il faut encore qu’elle en parle à ces inconnus et qu’ils partagent son opinion ! Rien n’est moins sûr ;

« Je t’accompagne si tu veux, pour pouvoir en discuter avec les tiens et les rassurer. »

Et voilà qu’elle décampe ! Elle a à peine parlé d’un camp à moins d’une heure d’ici, elle prend la fuite ! Je bondis pour me lancer à sa poursuite. Pas question de la laisser seule – et dans cette direction – sachant que la brute épaisse que nous avons rencontrés plus tôt n’a pas été neutralisée.
Que fait-elle bordel ? C’est du suicide ! Je n’ai pas entendu l’évocation du bracelet mais pour une pareille babiole, j’aurai pesté… enfin.

Mes douleurs se réveillent sous l’effort physique, moi qui pensais avoir terminé de me dépenser ou de chahuter pour aujourd’hui, il va peut être falloir affronter à nouveau ce gros morceau.
Il y a pire cependant : il pourrait d’abord retrouver June et s’en prendre à elle. Finir ce qu’il avait tenté de commencer, ou même essayer de la tuer !

Mes appréhensions se confirment, malheureusement. Alors que je rattrape la jeune femme, que je réduis la distance entre nous, l’homme apparait, sauvage et entêté. Il plaque au sol la belle en poussant un cri bestial. Les frissons qui me parcourent le dos laissent bien vite place à une bouffée d’adrénaline, de fureur et d’impulsivité.
Le peu de sang froid que je sais garder dans ce genre de situation me permet de ne pas agir bêtement, ce qui pourrait nuire à celle que je veux sauver.
Ce serait bête.

En me plaçant dans le dos de l’agresseur, j’attrape le premier morceau de bois qui se présente et viens le déposer contre sa nuque. Lentement. J’inspire, expire, en attendant qu’il comprenne le danger. J’espère.
Croira-t-il à mon plan ? Se laissera-t-il prendre au piège par la supercherie ? Je n’ai pas de revolver…mais il pourrait bien penser le contraire.

« Nous avons croisés des renforts en chemin, j’ai pu m’équiper convenablement comme tu le vois. Ne joues pas au con, lâche la, et je t’épargne. »

Codes par Wild Hunger.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

♦️ ♦️ ♦️ ♦️ I hate surprises ... normally ~ •°¤ Mags
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bad Joke + Jack    

Revenir en haut Aller en bas
 

Bad Joke + Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Invaders :: Cohorte - Ghost Town : OrlaTexas - comté de Reeves :: Campement - Orla :: Les environs de Orla-
NAVIGATION
MÉTÉO
-9°C
FÉVRIER 2014
PUB
TOP