Rats [feat Kilian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

" SOLDIERS "
guardians of the crowd

avatar : Bob Morley
messages : 54
date d'inscription : 31/05/2014

points rp : 70
localisation : Texas
rôle/occupation : soldat - pisteur/éclaireur


WHO I AM ?
▲ statut : célibataire
▲ inventaire:
▲ relationships :

MessageSujet: Rats [feat Kilian]   Lun 2 Juin 2014 - 0:25

parfois il aimerait seulement disparaitre et pourtant il déteste la noirceur et les ténèbres il voudrait juste cesser de penser mais il n'aime pas le silence il n'aime pas la vie mais il se demande souvent si au final ce n'est pas plutôt la vie qui ne l'aime pas
we are grounders
J'arpente les parois humides et froides à moitié courbé, une main tenant mon arc, l'autre mon briquet. Mais, je me rends compte, que concrètement, aucun de ces objets ne m'est vraiment utile. Je n'ai pas de flèches à mon arc, alors je ne peux m'en servir au final que pour frapper quelqu'un avec, et je me demande si je ne serais pas plus efficace avec mes poings. Et comme je ne veux pas utiliser mon briquet inutilement, je ne l'allume pas. Ce qui fait que je marche à l'aveugle, enfin plutôt à l'ouïe, dans ces satanés souterrains, avec une arme qui n'est même pas censé s'utiliser de cette façon.
Mais je m'en fiche, parce qu'il fallait que je sorte du camp et de toutes ces règles. Juste une petite heure, me dégourdir les jambes sans avoir forcément le regard de quelqu'un posé sur moi. Juste être moi-même et seul. Mon ventre gargouille et le bruit résonne dans le tunnel. Ce qui me donne l'impression d'être particulièrement ridicule. Je réfléchis à mon dernier repas décent et je me rends compte qu'il doit remonter à des siècles. Je m'arrête et passe l'arc en bandoulière sur mes épaules, je le place de façon à ce que la corde ne m'étrangle pas et je fourre le briquet dans ma poche.
Je déteste l'idée qu'on soit réellement obligés de se cacher, qu'on se soit terrés dans ce genre d'endroit. La situation est si désespérée que ça ? Même si quand nous sommes à la surface, le principe est le même, se cacher pour survivre, au moins, on est à l'air libre, et on a quand même une impression de liberté. Ici, j'ai juste l'impression d'avoir trouvé mon tombeau bien avant mon heure. Même si ça ne me dérangerait pas que ce soit mon heure, pour de bon. Comme d'habitude, quand je commence à penser à la mort, l'image de ma sœur me revint en mémoire, alors je me mets à courir, sans même faire attention si je fais du bruit ou non. A certains moments, je ne sais même plus si ce sont mes bruits de pas que j'entends parcourir les tunnels ou si ce sont d'autres bruits encore, qui pourraient annoncer quelque chose de bien pire que la mort.
Lorsque j'arrête de courir, je suis en nage et je n'ai strictement aucune idée de la distance que j'ai parcourue depuis le camp. Je souris, dans le noir, comme un idiot, parce que ce comportement ne me ressemble pas. Je suis plutôt réfléchi en temps normal. Mais je sens bien que la vie sous terre me détraque. Je me remets à longer les parois, cette fois, en marchant calmement, et je tends l'oreille. Je laisse ma main frôler le mur à ma droite et ce contact me donne des frissons. Comme d'habitude quand j'ai à me déplacer, je me mets de façon à ce que ce soit mon oreille gauche qui puisse capter le plus de sons possibles, n'entendant quasiment rien de la droite. Mais dans les tunnels, tout devient encore plus confus avec les échos et les résonances. Raison de plus pour que je devienne fou ici bas. Mon oreille droite ne perçoit plus les murmures, mais elle perçoit encore comme un bruit de fond les sons importants. Et comme dans les tunnels, tout est décuplé, ça me perturbe quasiment plus d'entendre avec cette oreille que lorsque je n'entends pas. Mais comme je suis seul aujourd'hui, ce n'est pas un problème, et je me permets de boucher mon oreille droite avec ma main quand j'entends quelque chose de suspect, pour mieux percevoir le son avec la gauche. C'est une chose que je ne me permettrais jamais si j'étais en mission avec d'autres gens, ou tout simplement si je suis avec d'autres gens, parce que ma valeur au sein des soldats chuterait, et si il y a bien une seule chose que je veux faire maintenant, c'est protéger les gens (même si des fois c'est à ma façon, un peu bizarre) et être au plus prêt du danger. Je ne veux pas être pris pour un infirme, surtout que je m'en sors particulièrement bien par rapport à certains. Excepté la catastrophe avec ma sœur...
Je chasse cette pensées de mon esprit et me remets en marche. Je ne vois quasiment rien et bien que je rencontre pas mal d'obstacles, je ne me suis pas encore cassé la figure, et ma main sur le mur me rappelle où je suis. Ce qui est pratique quand on a pas d'idée précise de où on veut aller, bah on est content du moment qu'on marche. Je mémorise quand même que pour l'instant je n'ai pas trouvé d'intersection, ce qui veut dire que je marche tout droit depuis vingt bonnes minutes, ce qui est assez rassurant quand il sera temps de rebrousser chemin. Au bout d'un moment, je suis habitué au bruit de mes propres pas, ainsi qu'aux bruits réguliers de la vermine dans les tuyaux. Et c'est alors que j'entends un bruit qui ne fait pas parti de la panel de sons que j'ai constitué depuis que je suis sorti du camp. Je m'arrête et me retourne. J'hésite à empoigner mon arc et je me convins une nouvelle fois que je suis un bon combattant et que ce questionnement est complètement ridicule. Je suis juste frustré d'avoir un arc et de ne pas pouvoir m'en servir. Je coupe ma respiration et me colle contre le mur. Je distingue maintenant des bruits de pas. Je dois sûrement être près d'une intersection et il ne fait aucun doute que quelqu'un va débarquer. J'en suis encore à me demander si je joue les caméléons silencieux ou si je passe à l'action quand je sens un truc suspect me tomber sur le pied. Je me mords la lèvre pour ne pas réagir, jouant la carte du caméléon silencieux, quand je comprends que cette chose qui est actuellement sur mon pied est vivante, et qu'elle est en train d'essayer de se frayer un chemin sous mon pantalon. ❝ Putain de saleté de bestiole ! Attends que je t'attrape et je vais te bouffer ! ❞ Ma voix emplit tellement les tunnels qu'ils paraissaient silencieux comparé à lorsque je courrais tout à l'heure. Je secoue ma jambe où la bête, sûrement un rat, pensait pouvoir y grimper. Bien sûr, l'animal fusa dans la noirceur des tunnels. Et je compris que je n'aurais pu être plus discret... Damn it.
made by pandora.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


« Who we are and who we need to be to survive, are two very different things »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rats [feat Kilian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bandes SKAVENS] Les Rats de Solth
» Quand le bâteau coule, les rats quittent le navire!!!!
» [Bande] Clan des rats ogres...
» Présentation Kilian Ménard [Validée]
» [Skaven] Du forge "wolf rats" pour faire du rat géant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Invaders :: Flashback - ex cohorteles anciens lieux de la cohorte :: Métro de Cincinnati :: Lignes désaffectées-
NAVIGATION
MÉTÉO
-9°C
FÉVRIER 2014
PUB
TOP